Foires et Marchés à Bestiaux dans les Mauges au XIXème siècle

20.00 €
Victime de son succès, cet article est momentanément indisponible
En 1737, les Mauges représentent 10 % de l’approvisionnement des marchés parisiens en bovins. « Cholet » est alors le terme utilisé pour le boeuf gras. L’élevage, sur des terres difficiles, est une nécessité pour le paysan des Mauges.

Au 19e siècle, c’est toute une économie rurale qui se structure entre les communes des Mauges. L’attrait de cette manne financière va bien au-delà des Mauges puisque des communes comme Brissac ou encore Thouarcé vont aussi essayer d’avoir une part du gâteau. Les Mauges, ses foires et marchés aux bestiaux. Après la fermeture du foirail de Chemillé en décembre 1997, le foirail de Cholet est aujourd’hui en peine ; lorsque la cloche sonne au plus grand marché du gras actuel d’animaux de boucherie en France, seulement 1 000 à 1 300 bêtes sont présentes les lundis. À travers les écrits de ce livre, ses illustrations, nous vous proposons de comprendre, de découvrir et de revivre ces moments de fierté qui ont fait que les Mauges ont su s’unir, lutter contre ses voisins vendéens et poitevins, défendre une économie pérenne pour être encore aujourd’hui un pays d’élevage reconnu dans la profession.

Caractéristiques :
287 pages
Auteur : François Lecoq
Format : 15,8 x 24 cm